#3 Et si Steve Jobs était le père des 4 disruptions, celles d'une valeur exponentielle ?

Comment Steve Jobs invente le remote first, les 4 disruptions du millénaire, et les effets de réseaux Peer to peer aujourd'hui intégrés dans la crypto. C'est là ou les entreprises pourront demain créer une valeur exponentielle.

#3 Et si Steve Jobs était le père des 4 disruptions, celles d'une valeur exponentielle ?

Bonjour je suis David Jamet, le fondateur de 4hab.fr, l’agence d'innovation du futur du travail et des technologies. Vous lisez Et si…#3, cette newsletter est notre façon de questionner le futur chaque mardi pour vous inviter à le changer: pour la recevoir incrivez-vous ici ?

Nos 4 disruptions du millénaire et Steve Jobs

Le covid a déclenché 4 ruptures du millénaire qui nous donnent des pouvoirs de choisir (voir notre tableau détaillant ces 4 ruptures à la fin). Nous étudions ces ruptures à la fois comme des disruptions techno-sociétales et des opportunités entrepreneuriales où les entreprises pourront créer une valeur exponentielle avec des effets de réseaux.

Cette newsletter retrace comment Steve Jobs à inventé dès 1984 avec le Mac la première rupture du covid, celle du travail à distance (remote work first), et comment les 3 autres en découlent. Parce qu'elles sont contagieuses, ces nouvelles formes de travail choisies qui nous donnent des pouvoirs (Power to the people !) conduiront à la polyactivité, surtout chez les plus jeunes. Steve Jobs a sa vie entière fait levier sur 13 effets de réseaux de personne à personne ( des contagions de pair à pair, Peer to peer ! lisez Et si...#7) qui avec le web1 et le web2 (lisez Et si...#4) produirons une valeur exponentielle (cf courbe rouge sur l'image). Avec la crypto apparaissent aujourd'hui de nouveaux réseaux d'échanges d'actifs de valeur, sécurisés et décentralisés (Peer to peer !), des blockchains qui intègrent aussi les effets de réseaux de Jobs: lisez notre guide ici.

Voici l'histoire de Jobs qui tel le Yoda du travail à distance, le grand Maître de l'ordre Jedi des disruptions, et père spirituel de la crypto, va disrupter à partir de 1997 tous les marchés du web2, musique en tête, en inventant l'Iphone et en captant la puissance exponentielle des marchés d’abondance.

1984 - le Mac et sa campagne “Think different”: les 2 génies du remote first et de l'abondance

Steve Jobs confie en 1984 au publicitaire Jay Chiat sa campagne de lancement pour le Mac. Chiat convoquera dans sa série de spots célèbres tous les mythes du 20e siècle qui ont osé penser autrement (Think différent). Regardez ici le premier spot diffusé lors du Super Bowl 1984.

Cette campagne devenue iconique dédiée à Orwell restera comme la plus puissante des invitations à questionner le futur (Et si… ) pour le changer.

Regardez cette jeune athlète ! Et si elle brisait les chaînes des millions d'employés tous en costume gris, prisonniers des PC ennuyeux des géants IBM et Microsoft ? Et si elle nous libérait tous, nous les milliards de salariés marchant enchaînés vers nos bureaux gris et par les diktats du Big Brother IBM ?

Ces 2 génies du concept donnent au client le pouvoir de libérer son travail chez lui (remote first) et de choisir une abondance d’expériences personnelles avec son Mac.

1994 - Chiat rend possible le remote first avec ses bureaux à jumelles

Jay Chiat poursuit ce rêve de libération du travail avec ses salariés et à sa façon. Pour son agence Chiat-Day devenue célèbre, il fait construire par Frank Ghery en 94 des bureaux mythiques à Los Angeles avec ces jumelles géantes (photo).

Frank Ghery - Chiat - Jumelles gréantes

Chiat le dirigeant visionnaire porte ces 2 messages: voyons loin (jumelles) et changeons le futur; osons penser qu’un jour nos lieux de travail deviendront indifférents. Chaque salarié de Chiat-Day est libre de travailler chez lui, Chiat rend possible le remote first, la distance comme “nouveau normal” du travail. Pour que cette vision devienne réalité, il faudra attendre d’abord les ruptures de la connectivité internet généralisée et de l’Iphone 13 ans plus tard (2007) et enfin nos 4 ruptures du millénaire forcées 26 ans plus tard par le covid (2020). Ce sont elles qui vont changer le futur de tous les marchés.

1997- Jobs exploite l’abondance d’internet en termes d’expériences et de marchés

De 1997 à 2011, Jobs ne va pas uniquement sauver Apple, il va créer avec 3 gammes de produits mythiques une première vague de disruption des géants des services technologiques avec l'Imac, puis des leaders de la musique avec l'Ipod, puis de tous les leaders des télécoms et du divertissement avec l’Iphone.

Explorons la stratégie de disruption de Jobs, pratiquée par Google et tous les Big Tech depuis: désintermédier les leaders en place en captant les pouvoirs de choisir de la multitude en ligne avec des modèles d’abondance.

Voici les 4 étapes de cette stratégie:

  1. Jobs crée - dans la musique en premier - une abondance de produits en ligne et de pouvoirs de les choisir librement. Avec les nombreux effets de réseaux exponentiels (13 au total, Jobs les utilisera tous), tous ces produits connaitrons une hyper-croissance exponentielle.
  2. Chacune de ses gammes de produits identiques en apparence (Imac, Ipod, Iphone, etc) seront en réalité personnalisées à l’infini avec Itunes puis l’App Store puis avec nos vies privées. Elles déclenchent une abondance d’expériences exceptionnelles pour une multitude de clients qui se multiplient par contagion (effets de réseaux).
  3. Cette multitude des clients va s’impliquer individuellement de mille et une façons. Encore une autre abondance: celle des signaux des clients, de leur données privées et de leur contributions captées - on parle de “signal liquidity”. Cela va de l’auto-promotion (recommandation) jusqu’aux auto-productions multiples. Pensez aux contenus des médias sociaux FB-Tik-Tok-Youtube ou à Blablacar et Airbnb (au passage les premières formes de polyactivité - notre première rupture). Avec les effets de réseau, les rendements (marges) seront croissants à l’échelle, c’est l’abondance des profits qui rend surpuissant.
  4. Le disrupteur sera inexpugnable même lorsqu’il est repéré - tardivement - par les leaders en place trop souvent aveuglés par leur “déni de disruption”: c’est le “winner takes most” du digital.

Warning: la disruption fait toujours foisonner une abondance d’offres et de pouvoirs de choisir avant que le “Big Tech winner takes most” ne la restreigne en manipulant nos choix avec ses algorithmes et à son seul profit. Une fois enfermé, qui voudrait d’autres écrans, contenus, et expériences que ceux d’Apple ?

2020 - Jobs le maître yoda de toutes les disruptions du cloud computing, de l’urbanisme, de l’immobilier… et de tous les marchés

Avec le cloud computing (les ordinateurs dans le cloud) et une stratégie focalisée sur le grand public (et non sur les grandes entreprises), les Big tech - Apple puis Amazon puis Google puis Microsoft proposent toutes depuis 10 ans une expérience collaborative simple aux entreprises, mais surtout directement à leurs nouveaux travailleurs à distance qui ont explosés avec le covid. Elles ont ainsi disrupté tous les acteurs de l'infogérance d'ordinateurs classiques français qui n'ont rien vu venir: Cap gemini, Atos, Steria, etc.... Et cela s'est accéléré pendant le covid: les Big Tech ont doublé de valeur. Pas nos acteurs français traditionnels qui ne pèsent rien sur ce marché de consomation du cloud computing : ils sont disruptés.

Avec le covid, Jobs devient le maître yoda des 4 ruptures d’abondance qui changent le futur. Depuis des siècles, les villes et les acteurs de l’immobilier se font concurrence pour nous attirer dans ces lieux où le foncier est rare. Diriger ces villes d’une part, acquérir ou construire, posséder et exploiter des immeubles bien placés d’autre part sont des fonctions et métiers exigeants et tous les acteurs bataillent: la compétition leur semble déjà vraiment rude.

Soudainement, avec nos 4 ruptures du millénaire, leurs clients ont le choix de travailler et de consommer depuis n'importe où (cf cloud computing plus haut), et cela change à jamais tous les marchés liés à l’implantation des foyers et à leur consommation.

Soudainement, ces clients ne sont plus forcés de s’agglomérer dans les mêmes métropoles pour y trouver un emploi. Leurs lieux deviennent enfin indifférents, c’est à dire choisis au gré de critères autres que l'obligation d’hier qui liait strictement lieu de vie à lieu de travail.

Soudainement, le remote first - rester chez soi par défaut avec des expériences identiques voire meilleures - est possible.

Soudainement, le paradigme de rareté omniprésent dans l’urbanisme et l’immobilier évolue vers des modèles d'abondance de lieux et d'expériences exceptionnelles où la compétition sera mille fois plus rude: la phénoménale accélération digitale du covid et de nos 4 ruptures va s’en charger.

Problème: des dirigeants des villes et des acteurs de l’immobilier n’ont pas encore réalisé que la rareté ne gouvernait plus seule leurs marchés et restent dans le déni de ces ruptures. Continuer à suivre les bonnes vieilles recettes de l’urbanisme et de l’immobilier, juste en les améliorant, ne suffira plus: les clients ont désormais une abondance de choix et les pouvoirs de les exercer. Nos 4 ruptures changeront le futur de tous les marchés et il faudra innover pour les y attirer.

Pour changer le futur: où creuser pour trouver la valeur exponentielle ?

Steve Jobs est bien le yoda de 4 nos ruptures entrepreneuriales, celles où creuser demain pour trouver une valeur exponentielle ! Il est le Grand Maître de l'ordre Jedi des disruptions, et le père spirituel de la crypto économie. Dans nos 4 conférences et crypto formation (ici), nous explorons comment la crypto économie intègre nativement dans son écosystème les 13 effets de réseaux exponentiels du digital.

Pour changer le futur des entreprises, nos 10 projets d’innovation All@home2030 (ici) passent à l’action pour capter 10 marchés forcés de muter vers des modèles d’abondance. Suivez nos 4 conférences-ateliers de 2h All@home 2030 sur ces 10 marchés: ceux du travail et des technologies, ceux de l’urbanisme (villes et mobilités), de l’immobilier (résidentiel, bureau, investissement), ceux de la vitalité (fitness et santé autonome) et enfin ceux du divertissement (sport, média, jeux-films).

À bientôt pour notre prochaine newsletter, au menu de cette rentrée: Et si la contagion des 4 ruptures dopées par la crypto changeait nos vies jusqu'en 2040 ? Nous verrons pourquoi “changer le futur” est au cœur de l’actualité et gageons qu’il restera le sujet majeur et contagieux des prochaines rentrées !

Cette newsletter Et si…#1 des 4 ruptures du millénaire vous a plu ? Voulez-vous changer le futur en le questionnant chaque mardi ? Alors merci de la partager avec vos connaissances, elles pourront aussi changer leur futur en suivant la newsletter des 4 ruptures du millénaire: ils s'abonnent ici sur 4hab.fr !

‌‌David Jamet / david.jamet@4hab.fr / Fondateur 4hab.fr Agence d'innovation