6 min read

#10 Et si l'immobilier post-covid attirait avec ses go-to-market... intangibles ?

Comment la valeur future de l'immobilier reposera sur nos 4 ruptures techno-sociétales qui nous submergent, nos 2 go-to-market du web2 et du web3... et sur ses actifs intangibles.
#10 Et si l'immobilier post-covid attirait avec ses go-to-market... intangibles ?

Bonjour je suis David Jamet, le fondateur de 4hab.fr, l'agence d'innovation qui change le futur du travail et des technologies. Nous le questionnons chaque mardi avec notre newsletter ainsi qu'avec nos webinaires Et si... (voir tableau en 2ème partie). Nous explorons aujourd'hui les go-to-market post-covid de l'immobilier, de ses actifs tangibles a priori impossibles à dématérialiser et de ses futures expériences web2/web3.

Le covid accélère 4 profondes ruptures techno-sociétales (voir tableau) de nos marchés de consommation avec nos 4 nouveaux pouvoirs de choisir: télétravail, productivité, polyactivité, créativité, villes et foyers, bien-être, vitalité et fitness, divertissement & jeux. L'impact techno-sociétal du covid, c'est d'abord une montée de la radicalité et de la défiance vis à vis des institutions, des entreprises et des banques. De surcroît, nos 2 go-to-market du web2 et du web3 (crypto) - voir GIF - permettent de satisfaire les nouveaux pouvoirs de choisir des consommateurs avec plus de personnalisation, de sentiment de possession (ownership) et d'abondance des expériences qui valorisent les actifs.

Revenons sur nos 2 go-to-market post-covid qui alternent sur le GIF, celui du web2 en vert et du web3 en bleu. Nous les avons  introduits dans notre newsletter précédente Et si...#9. Nous les développons aujourd'hui autour des expériences 100% web (donc logicielles) de l'immobilier qui créent une valeur exponentielle - vous n'avez qu'à penser à Airbnb ou WeWork. En termes de valeur, les actifs de l'immobilier tangible resteront pour longtemps la première classe d'actifs financiers, là où tout portefeuille doit se placer. Mais nous anticipons que l'essentiel de la valeur future sera de nature intangible, celle réalisée demain dans le web2 et le web3 par des entreprises petites ou grandes qui sauront faire levier sur nos 2 go-to-market. La valeur exponentielle n'est faite que d'actifs intangibles : logiciels, réseaux télécom, données, effets de réseaux humains, savoirs et propriété intellectuelle. Alors nul doute: comme le luxe, le futur de l'immobilier si tangible est de convoler avec les actifs technologiques intangibles du logiciel... simplifions ! Notre exploration du futur de l'immobilier s'appuie sur son passé, avec notre bref voyage dans les grandes ruptures technologiques depuis 2 siècles. Avec le récit des go-to-market ancestraux de l'immobilier d'hospitalité, nous vous dévoilons le futur de l'immobilier tout court.

Des go-to-market post-covid et des questions vertigineuses

Voici notre "vaste programme" (un trait d'humour attribué à de Gaulle interpellé par un "Mort aux cons !"): il nous faudra plusieurs newsletters pour explorer ce futur de l'immobilier sur le web2 et le web3.

Dans le web2 actuel, ce go-to-market nous attire - l'aimant sur le GIF - par ses outils (apps) et nous retient par la pratique au quotidien de notre réseau (revenus récurrents) qui s'exprime en termes de sociabilité (vie privée) et de collaboration (vie professionnelle). Cette création de valeur repose sur une collaboration entre créateurs (visuel, texte, audio...) et développeurs web.

Aujourd'hui sur web3, ces mêmes créateurs savent inventer les actifs uniques et volatiles qui prennent ou perdent de la valeur, et ces mêmes développeurs animent des jeux exceptionnels au sein de communautés vibrantes autour de ces actifs. Ils font levier à la fois sur les 2 go-to-market qu'ils savent mélanger: voici celui du web3.

Cette cumulation de valeur (web2/web3) est développée par des binômes créateurs et développeurs qui émergent comme des acteurs incontournables du futur: ils symbolisent la renaissance de l'économie de la création.

Dans l'immobilier si rassurant et dans le web3 où la volatilité et le risque sont vus comme des formes de jeu, commençons avec quelques faits certains. D'abord l'immobilier restera et de très loin la première classe d'actifs en valeur, loin devant les actifs boursiers, crypto actifs inclus. Ensuite le web3 a été développé pour ne proposer QUE des échanges de crypto actifs, avec un esprit ludique (jeu) et décentralisé, des formes de jeu entre personnes et depuis le début (2008) sans institution bancaire: Peer to peer ! Power to the people ! (nos 4 nouveaux pouvoirs de choisir !) et Privacy is power ! sont ses 3 puissants narratifs (lisez Et si...#7).

Voici alors devant nous des mystères et des questions vertigineuses que nous allons explorer en plusieurs newsletters. Comment nos 2 go-to-market vont-t-ils impacter l'immobilier, et demain leurs actifs seront-ils tokenisés - l'expression consacrée du web3 - ie transformés en jetons alias crypto actifs ? Pas facile de dématérialiser des actifs en béton tangible et pourtant les NFT l'ont fait avec les actifs de l'art et du luxe.

Pour nous guider dans ces mystères, notre boussole sera l'immobilier d'hospitalité, la tête chercheuse de tout l'immobilier.

Brève histoire des go-to-market de l'immobilier d'hospitalité

L'immobilier d'hospitalité, les chaînes d'hôtels et le tourisme aujourd'hui, a toujours été l'aiguillon technologique de tout l'immobilier et le restera, pourquoi ? Il doit renouveler tous les jours depuis 2 siècles, grosso modo depuis le train et les premières auberges des villes en croissance, tous ses clients et leurs expériences de vie et de travail. Et il a toujours saisir pour survivre les ruptures technologiques et leurs réseaux successifs (train, automobile, TV, web et tous ses écrans) pour développer ses marques et ses expériences standardisées: il a été et sera encore et encore disrupté par des ruptures technologiques... songez à Airbnb, WeWork et comparses, nous décrypterons leurs stratégies de disruption actuelles et futures. Jusqu'à la crypto et son impact sur les villes de demain.

Les premières chaînes d’hôtel ont au début (fin 19ème, cf exposition universelle de Paris) possédé leurs actifs et imposées leur standards de confort avec leurs créateurs d’hôtel et sont nées de la rupture technologique des réseaux ferrés: toutes implantées au pied des gares. Arrive une seconde rupture séculaire: l'automobile et son réseau routier; ils afficheront leurs marques dans l'après guerre le long des routes: Motor hotels, Hilton, Accor, etc. Avec les ruptures du téléphone et de la télévision ils développeront leurs go-to-market propriétaires: leurs marques, leurs centrales de réservation qui elles-même seront disruptées par des centrales multi-marques, téléphone puis web (Galileo, Booking.com, etc ). Et ce n'est pas fini...

Et pour conclure sur leur stratégie de valorisation de leurs actifs tangibles (les murs) et intangibles (go-to-market propriétaires et expériences standardisées), observons ce mouvement fondamental: toutes les chaînes d'hôtels vendent petit à petit leur actifs tangibles où ils créent moins de valeur, pour se concentrer sur les actifs intangibles.

Avec cette brève histoire, posons cette question: et si la valeur future de l'immobilier en général tenait plus dans ses expériences de demain que dans ses actifs tangibles ?

4 ruptures du millénaire, pouvoirs de choisir et futur de l'immobilier (suite)

Revenons - avec comme guide le tableau de nos webinaires Et si... plus bas - sur nos 4 ruptures techno-sociétales qui orientent nos nouveaux pouvoirs de choisir. Pour nous attirer demain (l'aimant sur notre GIF) et créer de la valeur, nos villes et nos bureaux devront nous proposer des expériences collaboratives d'hospitalité et de micro-mobilité très supérieures à ce qu'elles sont aujourd'hui: beaucoup sont obsolètes à nos yeux avec les 4 ruptures du covid. Toujours pour nous attirer demain, nos villes et nos foyers devront nous offrir des expériences sociales d'hospitalité avec nos proches, des expériences innovantes de vitalité, de fitness, de divertissement et de jeux. Toujours via des apps mais aussi via tous les contacts humains si essentiels - espérons-le !

Notre 4ème rupture du millénaire, c'est choisir de prendre soin de notre santé mentale et développer notre productivité en déjouant les pièges des plateformes sociopathes.

Elles défraient l'actualité avec Facebook et l'hubris démesuré de Mark Zuckerberg. De quoi son changement de nom Meta avec son métavers de surveillance probablement toxique pour notre santé mentale sera-t-il le nom ? Citons la sénatrice de New York Alexandra Ottavio Cortez:

Meta et Facebook sont à jamais des métastases de surveillance mondiale, des cancers pour toutes les démocraties.

Avec Et si... et notre produit 4habitudes, nous proposons des jeux cognitifs et des techniques pour développer notre productivité et notre santé mentale au travail. Quand ces plateformes nous servent moins qu'elles ne nous desservent, sachons déjouer leurs pièges !

Dans nos prochaines newsletters Et si...#11 et suivantes, nous poursuivrons l'exploration du futur de l'immobilier et de la valeur de ses actifs tangibles et intangibles sur les web2 et web3. Nous vous détailleront les stratégies de disruptions passées et futures d'Airbnb, de WeWork et de bien d'autres, le tout sur fond de guerre des talents redoublant d'intensité pour toutes les entreprises concernant le binôme créateur & développeur. Nous reviendrons sur les fondamentaux de la renaissance de l'économie de la création. Nous verrons qu'une renaissance des villes suite au covid pourrait passer par le web3 avec des innovations de gouvernance et de fiscalité que sauront proposer les villes attractives de demain.

Cette newsletter Et si…#10 vous a plu ? Voulez-vous changer le futur en le questionnant chaque mardi ? Alors merci de la partager avec vos connaissances, ils changeront aussi leur futur en s’abonnant ici sur 4hab.fr !

David Jamet / david.jamet@4hab.fr / Fondateur 4hab.fr Agence d'innovation